Nouvelle parution : « Là, sur les bords de l’Yvette : dialogues mésologiques »

Nouvelle parution : Augustin BerqueLà, sur les bords de l’Yvette – Dialogues mésologiques

Là, sur les bords de l’Yvette Sur les bords de l’Yvette, un vieux monsieur très savant, le Dr No, et sa petite- lle Mélissa, lycéenne en seconde, parlent de mésologie – la science des milieux, c’est-à- dire de la relation spéci que que tout être vivant crée avec son environnement. Alors que l’environnement est universel – le même pour tous –, le milieu est singulier, que ce soit à l’échelle de l’espèce – le milieu d’un ragondin n’est pas celui d’un canard, bien qu’ils vivent côte-à-côte dans la même rivière – ou à l’échelle des organismes ; et, dans le cas de l’humain, que ce soit à l’échelle des personnes comme à celle des cultures: un même donné environnemental pourra être perçu et utilisé de manières très di érentes par des sociétés di érentes, et dans un même environnement, deux personnes pourront vivre dans deux milieux très di érents. La découverte de cette spéci cité des milieux a révolutionné les sciences de la nature au xxe siècle, avec les travaux du naturaliste balte Jakob von Uexküll (1864-1944), et du philosophe japonais Tetsurô Watsuji (1889-1960). Les perspectives nouvelles sur la nature et sur l’existence humaine qui découlent de leur mésologie sont ici même – sur les bords de l’Yvette – mises à la portée de tous dans une suite de dialogues entre Mélissa et son grand-père, où s’invitent tour à tour, ctivement, quelques-uns des grands noms de la mésologie : Uexküll et Watsuji, bien sûr, mais aussi quelques autres savants qui ont fait de la mésologie sans le savoir. Le tout, sous l’œil du roi de l’Yvette… le ragondin. Lire la suite…

Éditions éoliennes
22 Juin 2017
ISBN : 978-2-37672-000-3
120 pages, 14 EUR

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Colloque de Cerisy : La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? (Autour d’Augustin Berque)

 

 

 

Le Colloque de Cerisy « La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? » aura lieu du 30 août au 6 septembre 2017 au Centre culturel international de Cerisy (CCIC), Cerisy-la-Salle.

Ce colloque sera dirigé par Marie Augendre, Jean-Pierre Llored et Yann Nussaume avec la participation d’Augustin Berque.

La présentation détaillée est disponible sur le site du CCIC : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/mesologie17.html

L’anthropocène met en cause le paradigme qui a guidé la modernité. C’est l’occasion d’en définir un autre.

L’objet de ce colloque n’est pas de revenir sur l’anthropocène, mais de s’interroger sur le milieu où il prendrait racine; c’est de proposer, avec la mésologie, la définition d’un autre paradigme que celui de la modernité, en rupture radicale avec le dualisme mécaniciste. En effet, pour la mésologie, l’être humain n’est pas seul à être un sujet: tous les vivants le sont à des degrés divers. Tous habitent et élaborent les milieux qui leur sont spécifiques.

Considéré à travers ce prisme, l’environnement devient l’interrelation complexe des mondes propres à tous ces sujets, pour chacun desquels la réalité n’est jamais un donné universel, mais un milieu singulier. Loin d’être un simple objet prédéterminé, ce milieu ne cesse de se construire corrélativement à ces sujets eux-mêmes.

Ce colloque sondera les perspectives ouvertes par ce paradigme, de la philosophie des sciences à l’aménagement humain de la Terre. Il est ouvert à toutes celles et tous ceux qui pensent par le milieu, se montrent critiques envers les approches strictement écologiques de l’environnement ou simplement désireux de changer leur regard sur la complexité du monde contemporain.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à contribution pour le colloque de Cerisy « La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène? »

logoccic
CCIC – Centre Culturel International de Cerisy

Appel à contribution pour le colloque de Cerisy « La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène? » qui aura lieu du 30 août au 6 septembre 2017 à Cerisy-la-Salle.

Date limite d’envoi des propositions de communication : le 10 septembre 2016

L’anthroprocène met en cause le paradigme qui a guidé la modernité. C’est l’occasion d’en définir un autre. L’objet de ce colloque n’est pas de revenir sur l’anthropocène ; c’est de proposer, avec la mésologie, la définition d’un autre paradigme que celui de la modernité. La mésologie se caractérise d’abord par une rupture radicale avec le dualisme mécaniciste. Pour la mésologie en effet, l’être humain n’est pas seul à être un sujet ; tous les vivants le sont à des degrés divers. L’environnement n’est donc pas une mécanique objectale, c’est l’interrelation complexe des mondes propres à tous ces sujets, pour chacun desquels la réalité n’est jamais un donné universel, mais un milieu singulier, lequel ne cesse de se construire corrélativement à ces sujets eux-mêmes. Le colloque sondera les perspectives ouvertes par ce paradigme, de la philosophie des sciences à l’aménagement humain de la Terre…

Ce colloque se tiendra avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, du CNRS, des équipes de recherche EVS UMR 5600, Lyon et AMP UMR LAVUE 7218 CNRS/MCC de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette.

Le comité scientifique sera composé des membres du Comité mésologique et des personnalités suivantes :

Augustin Berque, géographe, directeur d’études retraité de l’EHESS
Michel Bitbol, philosophe, directeur de recherche au CNRS, Archives Husserl, École Normale Supérieure d’Ulm
Jean-François Coulais, géographe, maître-assistant à l’ENSA de Versailles
Didier Debaise, philosophe, chercheur qualifié FNRS, Université libre de Bruxelles
Rom Harré, philosophe, professeur de l’Université Georgetown
Catherine Larrère, philosophe, professeure émérite de l’Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne
Isabelle Lefort, géographe, professeure à l’Université Lyon 2, membre du laboratoire EVS – UMR 5600
Dominique Lestel, philosophe, éthologue, maître de conférence à l’Ecole Normale Supérieure d’Ulm, Archives Husserl
Philippe Madec, architecte, professeur à l’ENSA de Bretagne
Philippe Pelletier, géographe, professeur à l’Université Lyon 2, membre du laboratoire EVS – UMR 5600
Jean-Jacques Terrin, architecte, professeur émérite de l’ENSA de Versailles
Jean-Paul Thibaud, sociologue, directeur de recherche CNRS
Benoît Timmermans, philosophe, maître de recherches FNRS, Université libre de Bruxelles

L’argument et les modalités pratiques de soumissions

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website