Nouvelle parution : « Là, sur les bords de l’Yvette : dialogues mésologiques »

Nouvelle parution : Augustin BerqueLà, sur les bords de l’Yvette – Dialogues mésologiques

Là, sur les bords de l’Yvette Sur les bords de l’Yvette, un vieux monsieur très savant, le Dr No, et sa petite- lle Mélissa, lycéenne en seconde, parlent de mésologie – la science des milieux, c’est-à- dire de la relation spéci que que tout être vivant crée avec son environnement. Alors que l’environnement est universel – le même pour tous –, le milieu est singulier, que ce soit à l’échelle de l’espèce – le milieu d’un ragondin n’est pas celui d’un canard, bien qu’ils vivent côte-à-côte dans la même rivière – ou à l’échelle des organismes ; et, dans le cas de l’humain, que ce soit à l’échelle des personnes comme à celle des cultures: un même donné environnemental pourra être perçu et utilisé de manières très di érentes par des sociétés di érentes, et dans un même environnement, deux personnes pourront vivre dans deux milieux très di érents. La découverte de cette spéci cité des milieux a révolutionné les sciences de la nature au xxe siècle, avec les travaux du naturaliste balte Jakob von Uexküll (1864-1944), et du philosophe japonais Tetsurô Watsuji (1889-1960). Les perspectives nouvelles sur la nature et sur l’existence humaine qui découlent de leur mésologie sont ici même – sur les bords de l’Yvette – mises à la portée de tous dans une suite de dialogues entre Mélissa et son grand-père, où s’invitent tour à tour, ctivement, quelques-uns des grands noms de la mésologie : Uexküll et Watsuji, bien sûr, mais aussi quelques autres savants qui ont fait de la mésologie sans le savoir. Le tout, sous l’œil du roi de l’Yvette… le ragondin. Lire la suite…

Éditions éoliennes
22 Juin 2017
ISBN : 978-2-37672-000-3
120 pages, 14 EUR

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Colloque de Cerisy : La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? (Autour d’Augustin Berque)

 

 

 

Le Colloque de Cerisy « La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? » aura lieu du 30 août au 6 septembre 2017 au Centre culturel international de Cerisy (CCIC), Cerisy-la-Salle.

Ce colloque sera dirigé par Marie Augendre, Jean-Pierre Llored et Yann Nussaume avec la participation d’Augustin Berque.

La présentation détaillée est disponible sur le site du CCIC : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/mesologie17.html

L’anthropocène met en cause le paradigme qui a guidé la modernité. C’est l’occasion d’en définir un autre.

L’objet de ce colloque n’est pas de revenir sur l’anthropocène, mais de s’interroger sur le milieu où il prendrait racine; c’est de proposer, avec la mésologie, la définition d’un autre paradigme que celui de la modernité, en rupture radicale avec le dualisme mécaniciste. En effet, pour la mésologie, l’être humain n’est pas seul à être un sujet: tous les vivants le sont à des degrés divers. Tous habitent et élaborent les milieux qui leur sont spécifiques.

Considéré à travers ce prisme, l’environnement devient l’interrelation complexe des mondes propres à tous ces sujets, pour chacun desquels la réalité n’est jamais un donné universel, mais un milieu singulier. Loin d’être un simple objet prédéterminé, ce milieu ne cesse de se construire corrélativement à ces sujets eux-mêmes.

Ce colloque sondera les perspectives ouvertes par ce paradigme, de la philosophie des sciences à l’aménagement humain de la Terre. Il est ouvert à toutes celles et tous ceux qui pensent par le milieu, se montrent critiques envers les approches strictement écologiques de l’environnement ou simplement désireux de changer leur regard sur la complexité du monde contemporain.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à contribution pour le colloque de Cerisy « La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène? »

logoccic
CCIC – Centre Culturel International de Cerisy

Appel à contribution pour le colloque de Cerisy « La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène? » qui aura lieu du 30 août au 6 septembre 2017 à Cerisy-la-Salle.

Date limite d’envoi des propositions de communication : le 10 septembre 2016

L’anthroprocène met en cause le paradigme qui a guidé la modernité. C’est l’occasion d’en définir un autre. L’objet de ce colloque n’est pas de revenir sur l’anthropocène ; c’est de proposer, avec la mésologie, la définition d’un autre paradigme que celui de la modernité. La mésologie se caractérise d’abord par une rupture radicale avec le dualisme mécaniciste. Pour la mésologie en effet, l’être humain n’est pas seul à être un sujet ; tous les vivants le sont à des degrés divers. L’environnement n’est donc pas une mécanique objectale, c’est l’interrelation complexe des mondes propres à tous ces sujets, pour chacun desquels la réalité n’est jamais un donné universel, mais un milieu singulier, lequel ne cesse de se construire corrélativement à ces sujets eux-mêmes. Le colloque sondera les perspectives ouvertes par ce paradigme, de la philosophie des sciences à l’aménagement humain de la Terre…

Ce colloque se tiendra avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, du CNRS, des équipes de recherche EVS UMR 5600, Lyon et AMP UMR LAVUE 7218 CNRS/MCC de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette.

Le comité scientifique sera composé des membres du Comité mésologique et des personnalités suivantes :

Augustin Berque, géographe, directeur d’études retraité de l’EHESS
Michel Bitbol, philosophe, directeur de recherche au CNRS, Archives Husserl, École Normale Supérieure d’Ulm
Jean-François Coulais, géographe, maître-assistant à l’ENSA de Versailles
Didier Debaise, philosophe, chercheur qualifié FNRS, Université libre de Bruxelles
Rom Harré, philosophe, professeur de l’Université Georgetown
Catherine Larrère, philosophe, professeure émérite de l’Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne
Isabelle Lefort, géographe, professeure à l’Université Lyon 2, membre du laboratoire EVS – UMR 5600
Dominique Lestel, philosophe, éthologue, maître de conférence à l’Ecole Normale Supérieure d’Ulm, Archives Husserl
Philippe Madec, architecte, professeur à l’ENSA de Bretagne
Philippe Pelletier, géographe, professeur à l’Université Lyon 2, membre du laboratoire EVS – UMR 5600
Jean-Jacques Terrin, architecte, professeur émérite de l’ENSA de Versailles
Jean-Paul Thibaud, sociologue, directeur de recherche CNRS
Benoît Timmermans, philosophe, maître de recherches FNRS, Université libre de Bruxelles

L’argument et les modalités pratiques de soumissions

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Journée d’étude franco-japonaise « Degrés et champs de la subjectivité »

Journée d’étude franco-japonaise organisée par Frédéric Joulian (Maître de conférences à l’EHESS, Centre Norbert Elias) et Uehara Mayuko (Maître de conférences à l’Université de Kyôto).

1er septembre 2016
Amphithéâtre du 105 bd Raspail, 75006 Paris

Programme

9 : 30   Ouverture Augustin Berque (EHESS)

Explication Uehara Mayuko (Université de Kyôto)

9 : 45-10 :15 Augustin Berque  « La subjectité du vivant » Télécharger le texte

10 : 15-10 : 45  Florence Burgat (INRA/Archives Husserl UMR 8547 ENS-CNRS) « Subjectivité, conscience, expérience vécue »

10 : 45-11 : 15  Yoann Moreau (Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain) « Qu’est-ce que la subjectivité, concrètement ? »

11 : 15-11 : 45    Discussion

11 : 45-1 3 :15 Déjeuner

13 : 15-13 : 45 Kôno Tetsuya (Université Rikkyô, Tokyo) « Le kata, le sens, et la situation »

13 : 45-14 :15  Uehara Mayuko « L’objectivité intersubjective dans « L’anthropologie » de Kuki Shûzô »

14 : 15-14 :45    Simon Ebersolt (Université Paris I) « L’intersubjectivité dans le

phénomène de l’iki »

14 : 45-15 : 15    Discussion

15 : 15-15 : 30  Pause café

15 : 30-16 : 00 Romaric Jannel (École Pratique des Hautes Études)

« Repenser le couple objectif – subjectif via la philosophie de Yamauchi Tokuryū »

16 : 00-16 : 30 Frédéric Joulian (EHESS)

16 : 30-17 : 00  Discussion

17 : 00         Clôture  Frédéric Joulian

Résumés

Augustin Berque

« La subjectité du vivant / /Seibutsu no shutaisei/ 生物の主体性 »

On distinguera d’abord ici la subjectité de la subjectivité. La subjectité (/shutaisei /主体性, /subjecthood/ ou /selfhood/) est proprioceptive: c’est avoir une certaine conscience de soi, donc être un sujet, pas un objet. La subjectivité (/shukansei/ 主観性, /subjectiveness/) est un attribut de la subjectité : c’est voir les choses de son propre point de vue. Le mécanicisme moderne dénie la qualité de sujet aux vivants non-humains, voire à l’humain lui-même. Au contraire, la mésologie (/kansekaigaku /環世界学, /fûdogaku/ 風土学) pose que tout être vivant est un sujet, qui de ce fait a son propre monde. On creuse ici la question des degrés de cette subjectité, du vivant le plus primitif au « moi je » du sujet moderne.

Florence Burgat

« Subjectivité, conscience, expérience vécue »

On a pu parler de « subjectivité sans sujet » (Raymond Ruyer*), attribuer la qualité de sujet à la cellule (le « sujet biologique », Edgar Morin), voir dans le métabolisme les prémisses de la liberté (Hans Jonas), entendre le sujet comme l’individu qui perçoit et agit (Jakob von Uexküll).

Ces acceptions de la subjectivité sont chaque fois fondées sur des critères, mis au jour et évalués par les auteurs, qui s’émancipent pour certains d’entre eux totalement de toute forme de conscience, que nous pouvons comprendre en première approche comme le fait pour un individu d’être présent à ses expériences, d’avoir des expériences vécues en première personne.

Nous nous proposons, premièrement, de présenter rapidement l’éventail de ces acceptions larges de la subjectivité pour, deuxièmement, nous demander si des critères très minimaux, qui font gagner en extension, ne font pas perdre en compréhension. Ainsi développerons-nous une approche phénoménologique de la subjectivité, celle d’une vie de conscience comme expérience vécue, qui est loin de se limiter à celle des sujets humains.

(*Analysant le livre de Raymond Ruyer, La conscience et le corps (Paris, Félix Alcan, 1937), Renaud Barbaras écrit : « La subjectivité du champ de conscience est une subjectivité sans sujet » : Introduction à la phénoménologie de la vie, op. cit., p. 161)

Yoann Moreau

« Qu’est-ce que la subjectivité, concrètement ? »

La notion de subjectité introduit une question de degré, et non de nature, entre les différentes formes d’expression et d’incarnation de la vie. Certes la subjectivité s’en distingue par la capacité d’extérioriser (au moyen de gestes) et d’intérioriser (au moyen de langues) des attributs symboliques qu’elle conjoint au « donné environnemental brut » (l’Umgebung de Von Uxküll). Mais cette distinction de principe ne tient que sur des notions – des gestes et des langues – qui peuvent également être envisagées en termes de degrés par rapport aux notions dont elles sont censées « émerger » : le mouvement et le langage.

Dans le cadre de cette rencontre du 1er septembre, je souhaiterais aborder cette question des degrés et des champs de la subjectivité en m’appuyant sur une hypothèse : toute existence est agit par un « moment structurel » (kôzô keiki). Selon Watsuji Tetsuro, celui de l’existence humaine organise la relation entre individus et environnement sous la forme d’un milieu (fûdo).

J’axerai mon développement sur une série d’opérateurs (les notions de crise, signification, homéostasie, couplage, cardinalité, contrerolle, extériorisation, dialogique, médiance, médiation) décrits par leurs auteurs (Thom, Von Uexküll, Canguilhem, Hegel, Husserl, Montaigne, Leroi-Gourhan, Morin, Berque, Descola) comme jouant une fonction homologue à celle de « moment structurel ». Partant de ces opérateurs, et de ce qu’ils me semblent décrire de commun (un « moment structurel »), j’aborderai la question des degrés de subjectivité depuis le champ de la matière jusqu’à celui du champ symbolique.

Au terme de cette trajectoire éminemment pluridisciplinaire, je souhaite défendre une approche de la subjectivité reliant des niveaux usuellement distincts sur les plans organisationnel (la matière, les animaux, les sociétés humaines) et temporel (l’homéostasie, l’évolution). La subjectivité sera alors entendue, c’est en tout cas la proposition que je défendrai, en tant que capacité à maintenir ensemble des niveaux de réalité et des temporalités hétérogènes, bref, en tant qu’aptitude à produire-introduire du concret.

Tetsuya Kono

« Le kata, le sens, et la situation « 

Le concept du kata (型, forme, style) assume un rôle essential dans le practice et l’exercice des arts performatifs du Japon tel que la cérémonie du thé, le judo, le kendo, le kyudo, etc. L’éducation du kata était aussi considéré comme très important pour la formation du caractère au Japon. En interprétant Ryoen Minamoto (源了円『型』 le kata), Merleau-Ponty (le concept du « style »), et Kiyoshi Miki (三木清『構想力の論理』Le logique de l’imagination), je voudrais considérer la relation entre le kata, le sens, et la situation pour l’agent de practice.

Uehara Mayuko

« L’objectivité intersubjective dans « L’anthropologie » de Kuki Shûzô »

Dans « Qu’est-ce que l’anthropologie ? » (1938), le philosophe japonais Kuki Shûzô (1888-1941) définit l’anthropologie comme l’éclaircissement de l’essence de l’être humain. Il l’assimile à la question « comment deviens-tu ton corps ? » que le dieu Izanagi a adressée à la déesse Izanami dans un mythe japonais, le Kojiki. Selon Kuki, l’anthropologie consiste à poser radicalement cette question et à y répondre. Il affirme « l’objectivité intersubjective » à travers cette question. Cette présentation aura pour but de mettre en lumière le sens de l’objectivité intersubjective. Par ailleurs, Kuki a publié un essai intitulé « Mon nom de famille » (1938) où il a conçu le nom propre du point de vue de l’histoire, du mythe et du destin. Nous examinerons donc le problème de l’objectivité intersubjective en nous appuyant sur une double lecture des discours développés dans l’article et l’essai, qui semblent avoir été rédigés durant la même période.

Simon Ebersolt

« L’intersubjectivité dans le phénomène de l’iki »

Né à Edo (l’actuel Tôkyô), notamment entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, l’iki いき est un phénomène éthique et esthétique dérivant des conventions et des rapports hommes-femmes dans les quartiers des plaisirs. Il désigne le tempérament de celui qui est doté d’une élégance séduisante, mais qui a aussi de l’entrain, tout en n’oubliant pas d’avoir de la fraîcheur dans son tempérament et d’être vif et adroit. C’est ce mélange d’élégance, de séduction et d’entrain qui montre la complexité et donc l’intérêt de l’iki.

Dans La structure de l’iki (1930), Kuki Shûzô réinterprète l’iki en insistant sur le phénomène de tension intersubjective inhérente à la rencontre entre la femme et l’homme ; il ne s’agit pas simplement d’affirmer que l’iki est le tempérament d’un individu raffiné plein de charme et de caractère. Les trois « attributs » qui déterminent l’iki selon Kuki sont en effet tous des moments qui supposent l’inter-subjectivité : « séduction » (bitai 媚態), « bravade » (ikiji 意気地), « résignation » (akirame 諦め).

Romaric Jannel

« Repenser le couple objectif – subjectif via la philosophie de Yamauchi Tokuryū »

Dans Logos et lemme (ロゴスとレンマ) et dans Philosophie de la latence (随眠の哲学) Yamauchi Tokuryū (1890-1982) s’essaie à constituer, en tant que réponse et dépassement de la logique aristotélicienne, une lemmique (i.e. une pensée du saisir en-tant-que). Au regard des concepts qu’il se réapproprie, dont le tétralemme (テトラレンマ・四句分別), il semble possible de relire le couple objectif – subjectif. En nous inspirant de son propos et de certaines thèses du bouddhisme du Grand Véhicule, nous chercherons à proposer, en nous appuyant sur le concept de tétralemme, une interprétation originale de ce couple.

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Table ronde « Décor et nature » à l’UNESCO

Augustin Berque (CRJ-EHESS) participera à une table ronde sur le thème du retour de la nature dans la ville dans le cadre des rencontres « Architectures  & commerce » qui aura lieu au siège de l’UNESCO à Paris le 27 mai 2016. Pour en savoir plus…

Vendredi 27 mai 2016
Paris, Siège de l’UNESCO

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

« La liberté dans l’évolution » d’Imanishi Kinji traduit et édité par Augustin Berque

imanishi-evolution

Vient de paraître : La liberté dans l’évolution, Suivi de « La Mésologie d’Imanishi » par Augustin Berque. Traduction du japonais*, édition et postface d’Augustin Berque.

* Titre original「主体性の進化論」paru en 1980 aux éditions Chûôkôron, Tokyo

Le testament philosophique du plus célèbre naturaliste japonais.

Peut-on réduire l’évolution du vivant aux mécanismes extérieurs de la “sélection”. L’évolution pourrait-elle être conçue, non comme un simple mécanisme, mais comme une initiative du vivant ?

À la fin d’une vie consacrée à l’étude de la nature, Imanishi examine et met au clair ses convictions sur l’évolution. En revendiquant pour le vivant la qualité de sujet, il choisit de s’opposer au dualisme néo-darwinien.

Pour Imanishi, il s’agit d’entrer dans le monde de chaque espèce, où elle forme avec son milieu une unité concrète qu’il appelle sumiwake, “écospécie”.

Imanishi Kinji Entomologiste, primatologue, écologue, anthropologue, homme de terrain et grand alpiniste (il mena en 1952 une expédition au Manaslu, 8 152 m), Imanishi Kinji (1902-1992) est le plus célèbre naturaliste japonais du 20e siècle. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Le Monde des êtres vivants (Wildproject, 2011).

Editions Wildproject, collection « Domaine sauvage »
192 p., 20 euros
Novembre 2015
ISBN 978-2-918490-524

Site de l’éditeur

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website