Colloque : « Les rues fantômes d’Hiroshima Destruction, vestige, reconstruction »

 

© Mémorial de la Paix d’Hiroshima

Le colloque « Les rues fantômes d’Hiroshima, destruction, vestiges, reconstruction » aura lieu le 28 mars aux Archives Nationales, en parallèle à l’exposition « Hibakusha, dessins des survivants d’Hiroshima et Nagasaki » .

Intervenants :
P.Bayard, B.Esmein, E.Lecerf, M.Kohn, M.Lucken,
T.Nakagawa, S.Pagès, S.Phay-Vakalis

Programme

Dans le cadre de la Semaine des Arts organisée par l’Université de Paris VIII, et parallèlement à l’exposition « Hibakusha, dessins des survivants d’Hiroshima et Nagasaki », organisée par les Archives Nationales sur leur site de Pierrefitte-sur-Seine, l’Université de Paris VIII et les Archives Nationales organisent un colloque pluridisciplinaire, avec l’INALCO et le Centre Joë Bousquet et son Temps de Carcassonne.
La rue, le machi au Japon, sont des repères essentiels du corps et de son insertion dans les réseaux humains. Leur destruction-abolition ne met pas en question seulement l’effet d’une arme sur les bâtiments humains et sur les choses, mais bien sur l’homme en tant que corps vivant/habitant. Elle se noue aussi de manière très étroite à la question mémorielle (tant du point de vue du souvenir et des archives, que de la stratégie de reconstruction et de la patrimonialisation des vestiges). Les thèmes de l’apocalypse, des ruines et du corps en souffrance, et surtout leur place respective dans les œuvres, sont des questions clés dans l’art de l’extrême d’Hiroshima et Nagasaki. Lire la suite …

Mercredi 28 mars 2018, de 14h à 20h
Auditorium des Archives Nationales, 59 Rue Guynemer, Pierrefitte-sur-Seine

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Exposition : « Hibakusha. Dessins des survivants d’Hiroshima et de Nagasaki »

 

© Mémorial de la Paix d’Hiroshima

Exposition organisée par les Archives nationales et le Centre Joë Bousquet et son temps du 8 décembre 2017 au 31 mars 2018 à Pierrefitte-sur-Seine.

L’exposition présente au public plus de 150 reproductions de dessins réalisés par des hibakusha, terme qui désigne au Japon les survivants des bombardements nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki.
De rares photographies montrèrent l’ampleur des destructions en marquant de façon indélébile la conscience historique mondiale. Mais elles avaient leurs limites : toute présence humaine, de blessés ou de morts, avait été évacuée de la prise de vue, focalisée sur les champs de ruines. Il a fallu le temps d’une génération pour libérer les souvenirs et la parole.

En 1974, après avoir reçu le dessin d’un homme de 74 ans souhaitant exprimer ce qu’il avait vécu lors du bombardement américain du 6 août 1945, la chaîne de télévision japonaise NHK lança à travers tout l’archipel un appel à témoignage auprès des survivants du drame, les hibakusha, devenus les symboles de la lutte contre la guerre et les armes atomiques à travers le monde. Lire la suite …

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les interprètes de Nagasaki au XVIIIe siècle : statut et identité

annick-horiuchi

Conférence d’Annick Horiuchi, Professeure à l’Université Paris Diderot (CRCAO), donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 17 novembre 2016.

L’intervention portera sur les interprètes de Nagasaki spécialisés dans le hollandais (Oranda tsûji) qui assuraient la communication entre le bakufu et les représentants de la Compagnie hollandaise des Indes orientales (VOC). On verra que l’identité sociale des interprètes avait un contour assez flou, et on se penchera sur la manière dont ils pouvaient échapper à leur condition première qui était celle de marchand et rejoindre la classe guerrière. On s’intéressera également à un autre aspect de leur identité, qu’on pourrait qualifier de « nationale ». On évoquera les exemples où les interprètes n’ont pas hésité à délaisser les intérêts du shôgun pour adopter une position favorable aux Hollandais ou aux étrangers et on s’interrogera sur leurs motivations. Enfin, en dernier lieu, on se penchera sur leur identité en tant qu’individu, les aspirations, les ambitions personnelles que certains d’entre eux ont pu nourrir du fait de leur connaissance de la langue hollandaise ou d’autres langues occidentales.

Jeudi 17 novembre 2016 de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

L’organisation socioreligieuse de la catholicité japonaise en période de répression : Confréries, réseaux et clandestinité (XVIIe siècle)

Conférence de Martin NOGUEIRA RAMOS (CRCAO) dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

Durant mes recherches de doctorat, j’ai montré qu’au milieu du XIXe siècle, soit plus de deux cents ans après la promulgation de l’édit d’interdiction (1614) et le passage à la clandestinité de la catholicité japonaise, il existait des réseaux crypto-chrétiens dans la moitié nord de l’île de Kyūshū ; le plus important s’étendait sur un rayon de 100 kilomètres. Les réseaux avaient plusieurs fonctions : économique (organiser les migrations interrégionales), sociale (permettre aux chrétiens cachés de se marier au sein de la communauté) et religieuse (assurer la pérennité des pratiques et rites légués par les ancêtres). Tout laisse à croire qu’ils ont été mis en place — ou encouragés — par les missionnaires, en collaboration avec les élites locales (guerriers, chefs de village, ex-moines bouddhistes convertis au catholicisme, etc.) au XVIe et au XVIIe siècle.
Dans cette présentation, je montrerai comment ces réseaux gagnent en importance après 1614 et jouent, en l’absence d’un clergé nombreux, un rôle central dans le maintien du catholicisme dans les campagnes. Les documents utilisés concerneront principalement la péninsule de Shimabara (act. département de Nagasaki), une région propice à l’étude croisée de la documentation occidentale et japonaise.

Jeudi 21 janvier 2016 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website