Un « abyssal défaut de profondeur » : Yoshida Kijû et le Japon de la haute croissance

Mathieu Capel, Maître de conférences à l’Université de Grenoble Alpes, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 4 mai 2017.

L’après-guerre a-t-il jamais pris fin ? Si de manière récurrente historiens et penseurs s’affrontent sur cette question, en fonction de leurs options méthodologiques et/ou de leurs positions idéologiques, le cinéma pose une distinction nette entre périodes d’après-guerre et de haute croissance. Son histoire témoigne en effet pour un vaste renouvellement du paysage cinématographique au cours des années soixante, tant au niveau de l’organisation de son industrie, que de ses propositions formelles. Jusqu’où, pourtant, cela est-il vrai ? Il est, de toute évidence, un « cachet » propre aux films de la période et, chez le spectateur contemporain, une sorte de reconnaissance intuitive lui permettant de distinguer presque à coup sûr un film de 1963 de son aîné tourné dix ans plus tôt. Mais comment fonder en théorie cette évolution ?

Cinéaste et théoricien au cœur de la dite « Nouvelle vague » japonaise, Yoshida Kijû a livré dans ses films un diagnostic pénétrant des mutations dont la société japonaise est alors comptable. Sans doute le terme de mutations est-il d’ailleurs impropre : c’est une véritable rupture épistémologique qu’il décrit, justifiant dès lors la nécessité d’un cinéma rénové de fond en comble, à même de dire le contemporain – ce que le philosophe Giorgio Agamben appelle les « ténèbres du moment ». A ce titre son sixième film, Evasion du Japon (1964), faisant suite à La Source thermale d’Akitsu (1962) et 18 jeunes gens à l’appel de l’orage (1963), propose, sur fond de road-movie policier, une modélisation visionnaire, alors que se profile l’événement olympique. Il s’agit donc ici d’expliciter ce diagnostic, voir ce qu’il reprend de la pensée et des arts de son temps, ce qu’il devance, également, d’un « postmodernisme » qui alors est encore à définir. En d’autres termes : ce qu’il dévoile de la superficialisation et de la granulation du monde.

Jeudi 4 mai de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le Centre Japon accueille le 4e Atelier doctoral des études japonaises (ADEJ) le 11 décembre 2015

Tous les 2 ans, la Société française des études japonaises (SFEJ) organise l’Atelier doctoral des études japonaises (ADEJ). Cette année, le Centre de recherches sur le Japon (EHESS/UMR 8173 Chine Corée Japon) accueillera les participants pour sa quatrième édition dans les locaux de l’EHESS à Paris.

Date : vendredi 11 décembre 2015 de 9h30 à 19h30
Lieu : EHESS, Bâtiment Le France, 190 Avenue de France,
6ème étage (métro Quai de la Gare)
Entrée libre

Organisateurs : Yola Gloaguen (EPHE) et Aurélien Allard (INALCO)
Contact : Aleksandra Kobiljski aleksandra.kobiljski@ehess.fr

PROGRAMME

9h30 : Accueil des participants (salle 638)
9h45 : Allocution d’ouverture (salle 638)

Session sciences politiques (salle 638)

Présidente de séance : Guibourg Delamotte (INALCO)

Matinée : « Sciences politiques 1 »
10h00-10h30
Arnaud Grivaud, Université Paris Diderot, « La redéfinition des relations politico-administratives au Japon : le cas de la loi sur le leadership politique de 1999 »
10h35-11h05
Yann Favennec, Université Paris Diderot, « Etude rétrospective de la formation et de l’évolution des rapports transfrontaliers russo-japonais de l’immédiat après-Guerre à l’effondrement de l’Union Soviétique (1945 – 1991) »

11h10-11h40
Jonathan Jay Mourtont, Université Paris Diderot, « Tensions en Asie : Quête d’une suprématie aérienne »
11h45-12h15
Xavier Mellet, Sciences Po Paris, « Cadrer une campagne électorale dans le Japon contemporain. Retour sur la privatisation de la poste durant l’élection de 2005 »

12h15-13h15 : Pause déjeuner

Après-midi : « Sciences politiques 2 »

13h20-13h50
Nicolas Leprêtre, Sciences Po Lyon, « Les politiques énergétiques face aux changements technologiques : le cas des réseaux électriques « intelligents » au Japon »
13h55-14h25
Elsa Goner, Université de Genève, « Le tragique suicide de Konoe Fumimaro : réévaluer la dimension fataliste dans la biographie de l’ex-premier ministre »

Session pluridisciplinaire (salle 640)

Matinée : « Histoire et société »
Président de séance : Yannick Bardy (INALCO)

10h00-10h30
Guillaume Hurpeau, EPHE, « Techniques culturales et de transformation du thé à l’époque Edo »
10h35-11h05
Ursula Wieser Beneditti, EHESS, « Clôtures de Kyôto, une analyse comparative des délimitations de l’espace à Kyôto avant et après 1868. »
11h10-11h40
Aline Henninger, INALCO, « La socialisation de genre à l’école élémentaire au Japon : restituer la parole des enfants »
11h45-12h15
Benoit Granier, Sciences Po Lyon, « Changer les comportements vers une ‘société sobre en carbone’ : Dans les coulisses d’un nouveau paradigme »

12h15-13h15 : Pause déjeuner

Après-midi : « Littérature et art »
Présidente de séance : Brigitte Lefèvre

13h20-13h50
Yannick Maufroid, INALCO, Université de Waseda, « Shimao Toshio et la méthode du rêve : du nikki au roman »
13h55-14h25
Maria Elena Raffi, INALCO, « Ise dans le Roman du Genji : Les boucles du cordon (Agemaki) »
14h30-15h00
Lise Guiot, Université Paul Valéry-Montpellier 3, « Le bunraku et ses nouveaux visages sur la scène française contemporaine »

Table-ronde : valorisation de la thèse (salle 638)

15h15-16h15
Guillaume Carré (recrutement CNRS/EHESS/EPHE)
Annick Horiuchi (recrutement universités et CNU)
Christophe Sabouret (éditions CNRS)
Noémi Godefroy (l’après-thèse et le monde académique américain)

16h30-18h30 : Assemblée Générale de la SFEJ (salle 638)

18h30-19h30 : Cocktail

Programme ADEJ 2015 (pdf)
Résumés des interventions (pdf)

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

La notion d’humanité en histoire, dans le Japon des années 1955-1960

Tristan Brunet (doctorant à l’université Paris Diderot, CRCAO UMR 8155) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon. Tristan Brunet est actuellement boursier de la JSPS (Japan Society for the Promotion of Science).

Dans cette conférence, nous verrons comment la notion d’humanité s’est imposée comme critère de validité du récit historique national dans le Japon de l’après-guerre. C’est en son nom que le critique littéraire Kamei Katsuichirō a porté, en 1956, sa fameuse attaque contre l’historiographie marxiste, qui dominait l’historiographie japonaise depuis la fin de la guerre, la qualifiant, dans une formule restée célèbre, d’« histoire sans être humain ». D’autres critiques, comme le pédiatre Matsuyama Michio ou l’ethnologue Wakamori Tarō, ont pris sa suite pour définir à leur tour les limites de l’historiographie de leur temps sur la base d’une nécessaire humanité de l’histoire. Et c’est également au nom de leur propre critère d’humanité que certains des principaux représentants du courant marxiste, comme Tōyama Shigeki, ont cherché à défendre leur propre pratique historienne.

Nous tenterons d’abord de voir le rôle qu’a joué cette notion comme critère de validité de l’écriture d’une histoire nationale dans le Japon des premières décennies de l’après-guerre, et les différentes définitions qui ont encadré son usage. Nous chercherons ensuite à souligner le rôle concret que cette notion a pu jouer dans les pratiques historiographiques de cette époque, et son influence contradictoire dans l’élaboration du discours historique. Enfin, nous tenterons de montrer comment ce critère d’humanité s’est retrouvé au cœur du malentendu, sans cesse renouvelé jusqu’à nos jours, dans le rapport qu’entretient la société japonaise d’après-guerre avec son histoire nationale.

Jeudi 19 décembre 2013 de 11h à 13h
Salle 2 EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

 Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

« Il n’y a pas d’individu au Japon » : archéologie d’un stéréotype

Emmanuel Lozerand, Professeur à l’INALCO, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 16 mai.

Résumé

Les stéréotypes ont eux aussi une histoire, et celle du supposé « manque d’individualité des Japonais » demeure à écrire. Quand et comment celui-ci est-il apparu ? Pourquoi a-t-il perduré et insiste-t-il aujourd’hui ?

Ce discours se cristallise, semble-t-il, dans la seconde moitié du xixe siècle, dans le contexte de l’affirmation d’un discours sociologique obsédé par le sentiment de la « perte du lien social » consécutif aux révolutions politiques et économiques de la fin du xviiie et du début du xixe siècle. C’est alors que la dichotomie « individu vs société », éclose dans la pensée contre-révolutionnaire de la première moitié du siècle, prend un essor intellectuel décisif. Les sociétés « autres », « lointaines », vont désormais être perçues dans leur ensemble comme communautaires et traditionnelles, par opposition à la pointe de l’Occident, moderne et individualiste.

Cette conceptualisation se voit renforcée par le développement concomitant des doctrines nationalistes et/ou racialistes, constituées au siècle précédent, essentialistes dans leur principe, attachées à cerner les caractéristiques des différents groupes humains (que leur unité soit raciale ou nationale) et à dresser leur portrait physique et moral. Tout cela, bien sûr, s’orchestre sur fond d’une expansion coloniale dynamique, requise de légitimer son action par un travail idéologique de minor(is)ation des populations mises sous le joug.

D’autres conceptions, plus anciennes, faisaient de « l’Orient » ou de « l’Asie », le monde du passé, de la tradition – et donc de l’absence d’invention, d’originalité (d’où la thématique des peuples imitateurs) – ainsi que du despotisme – et donc de l’absence de liberté, de la servilité naturelle de masses écrasées par des tyrans (d’où la thématique de l’extrême cruauté et de l’indifférence à la mort). Opportunément réactivées, elles viennent s’agréger à ce réseau d’images concordantes. Cela ne concerne d’ailleurs pas uniquement et spécialement le Japon.

Au tournant du xxe siècle néanmoins, quand ce dernier va s’affirmer sur la scène mondiale comme un redoutable concurrent des grandes puissances, il va occuper une place particulière parmi les « autres » de l’Occident, place sans doute partiellement esquissée en creux, il est vrai, au fil des années d’isolement relatif du pays depuis le xviie siècle, puis en relief, grâce à l’avènement du japonisme à partir des années 1870. C’est largement à l’occasion des deux guerres qu’il mena et remporta contre la Chine des Qing, mais surtout contre la Russie tsariste, en 1894-1895 et 1904-1905, que le Japon provoqua un ébranlement des consciences occidentales qui se cristallisa dans les théories du péril jaune. L’altérité japonaise, résistante à l’impérialisme occidental, suscita alors une inflation particulière de caractérisations laudatives ou effrayées, toujours promptes à pointer l’esprit de sacrifice individuel d’un « pays dangereux et farouche, peuplé de petits bonshommes aussi rusés qu’énergiques, qui masquent leur haine par un sourire et leur poignard par un éventail ».

Un peu plus tard, enfin, et avec les meilleures intentions du monde, les théories culturalistes rivaliseront d’ardeur pour souligner la dimension communautaire de la société japonaise, bientôt rejointes, en certaines occasions, par les discours sur la crise du sujet occidental, toujours prompts à trouver dans des ailleurs chimériques de commodes alternatives théoriques.

Quant aux Japonais, ainsi épinglés pour leur absence d’individualité, ils n’ont pu faire autrement que de se positionner par rapport à ce cliché, selon des modalités fort diverses certes, mais contribuant bien souvent eux aussi à le renforcer !

Jeudi 16 mai 2013 de 11h à 13h
Salle 2 EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Télécharger le résumé

 

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website