M. Takegawa Shogo, Professeur invité à l’EHESS en octobre-novembre 2018

Takegawa Shogo 武川正吾, Professeur à l’Université de Tokyo, séjournera à Paris en octobre-novembre 2018 sur invitation de Sébastien Lechevalier (CCJ / FFJ). Durant son séjour, M. Takegawa donnera une série de conférences ci-dessous :

Programme (pdf)

« Social Policy in Japan »
October 30, 2018 (15:00-17:00) – Room A07_37 (EHESS, 54 bd Raspail 75006 Paris)
Lecture organized by the Fondation France-Japon de l’EHESS.

« Social Attitudes towards Income Redistribution in Japan »
November 13, 2018 (14:00-16:00) – Room 8 (EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris)
Lecture organized by the Fondation France-Japon de l’EHESS.
Discussant: Arnaud Lefranc (Université de Cergy-Pontoise)

« Paradox of Welfare in Japan »
November 15, 2018 (17:00-19:00) – Room 481C (Université Paris Diderot, bâtiment C, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris)
In the framework of the “Seminar on Contemporary Japan” (Inalco-Paris 7) organized by Arnaud Grivaud (Inalco) et Kanae Sarugasawa (Paris 7). The session will also include a lecture by Robert Boyer (EHESS, Institut des Amériques).

« Varieties of Welfare Capitalism in East-Asia »
November 22, 2018 (15:00-17:00) – Room 3 (EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris)
In the framework of the EHESS seminar organized by Yohann Aucante « Les réformes de la protection sociale : perspectives internationales comparées ».

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

La discrimination à l’encontre des burakumin dans le Japon contemporain

Conférence de Caroline TAÏEB, doctorant à l’ERIS du CMH et à l’Université du Kansai, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 5 avril 2018.

Depuis les années 1980, aucune recherche en français n’a été faite sur la discrimination à l’encontre des burakumin qui perdure aujourd’hui encore au sein de la société japonaise. Toutefois, même si elle reste relativement méconnue, plusieurs sociologues français y font référence dans leurs travaux. Car, bien que cette discrimination puise son origine dans l’histoire du Japon, les mécanismes d’exclusion et de ségrégation qu’elle mobilise sont semblables à ceux existant vis-à-vis d’autres groupes minoritaires. À travers les résultats d’une enquête quantitative et de deux enquêtes qualitatives menées auprès des non-burakumin et des burakumin au Japon entre 2012-2014 et 2015-2017, nous expliquerons les raisons qui conduisent la discrimination à se maintenir. C’est pourquoi, cette intervention s’articulera autour de deux thèmes : la discrimination dans le mariage, qui reste l’une des expressions les plus tenaces de ce rejet de l’autre malgré les mesures mises en place par le gouvernement japonais. Puis dans un second temps, nous verrons quelles sont les représentations des non-burakumin à l’encontre des burakumin qui contribuent à renforcer les frontières entre les deux groupes. Ainsi, cela nous permettra de comprendre comment l’évitement des buraku et de ses habitants se perpétue de façon insidieuse malgré l’abolition, depuis plus de 150 ans, d’un système statutaire mis en place durant l’époque d’Edo (1600-1868).

Jeudi 5 avril de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Faire carrière dans la presse quotidienne japonaise, un regard sociologique

Conférence de César CASTELLVI, Doctorant en sociologie à l’EHESS, ATER à l’Université Paris Diderot, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 1er février 2018.

Au regard des bouleversements que connait l’industrie de la presse en France ou aux États-Unis, la situation des entreprises de presse japonaises peut paraitre enviable. La presse quotidienne a jusqu’à présent été quasiment épargnée par les faillites de journaux et les licenciements massifs de reporters. Pour l’instant, la structuration de cette activité professionnelle autour d’une logique d’entreprise forte a réussi à protéger ses principaux acteurs d’une crise dont les nuages se font pourtant de plus en plus menaçants.
Un regard plus fin sur le cheminement des carrières des reporters et sur les pratiques au travail révèle pourtant que le modèle du reporter salarié a changé depuis ces vingt dernières années. Ces changements trouvent leur origine dans les deux mouvements que sont le déclin du lectorat et les transformations qu’a connu le marché du travail japonais depuis le milieu des années 1990.
Les conséquences de ces deux mouvements sur le recrutement, la formation et la mobilité professionnelle, ainsi que sur certaines pratiques éditoriales, sont aux cœurs de notre travail de thèse dont nous présenterons les principaux résultats.
A partir de matériaux provenant d’observations et d’entretiens menés lors d’une enquête de terrain au Japon entre 2013 et 2016, cette communication se déroulera en trois temps : On commencera par décrire la logique organisationnelle qui structure le journalisme de presse. Ensuite, on mettra en avant la manière dont cette logique a évolué en se focalisant sur deux objets : la généralisation de la visibilité par l’intermédiaire de la signature des journalistes et le déclin du prestige d’un segment professionnel particulier, les fait-diversiers chargés de couvrir les affaires criminelles.

Jeudi 1er février 2018 de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website