Journée d’étude : « Pouvoirs et groupes sociaux durant l’époque prémoderne »

La Journée d’étude intitulée « Pouvoirs et groupes sociaux durant l’époque prémoderne » se tiendra  à l’Université de Lille le 8 mars 2018.

 L’organisation sociale du Japon de l’époque d’Edo (1600 – 1868) ou époque prémoderne, fait l’objet de nombreuses études depuis une quarantaines d’années, dont les fruits montrent combien les visions antérieures – et pourtant encore bien ancrée en Occident – sont éloignées de la réalité. Les travaux successifs ont montré que les quatre statuts sociaux, mibun, du confucianisme ne pouvaient qu’être un cadre théorique et politique. Leurs efforts pour définir ce qu’étaient réellement ces statuts ont mené à l’émergence d’une multitude de corps intermédiaires auxquels est conféré le nom de statut, et formés autour d’un droit d’exercer une activité dans un lieu ou un cadre précis, octroyé par les autorités en échange d’un devoir.

Cette rencontre vise à approfondir les connaissances sur le rapport entre le pouvoir et la société – et principalement de ses corps intermédiaires – durant le Japon de l’époque d’Edo, au travers de présentations de quatre chercheurs en pointe sur ce sujet. Par le contraste apporté, une présentation sur l’histoire de France aidera à distinguer points communs et différences qui soutiendront les discussions.

Les débats se feront en japonais et en français avec la participation de :

Catherine Denys (Université de Lille),
Tsukada Takashi (Université Municipale d’Osaka),
Morishita Toru (Université de Yamaguchi, invité en France par l’Université Paris-Sorbonne),
Makihara Shigeyuki (Université de Tokyo, invité en France par l’EHESS)
Goto Masatoshi (Université Rikkyo)

Jeudi 8 mars 2018 de 10h à 18h
Université de Lille – SHS
Campus du Pont de Bois, Maison de la recherche (bât. F), salle F0.13

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

M. Makihara Shigeyuki, Professeur invité à l’EHESS en mars 2018

Makihara Shigeyuki 牧原成征, Professeur à l’Université de Tokyo, séjournera à Paris au mois de mars 2018 sur invitation de Guillaume Carré (CNRS / EHESS).

Spécialiste de l’histoire sociale du Japon prémoderne, M. Makihara s’intéresse en particulier aux statuts des groupes et individus du début de la période prémoderne. Il est un des auteurs du dossier « Mibun ». Penser les statuts sociaux du Japon prémoderne du numéro 2/2017 de la revue Histoire, Economie & Société.

Durant son séjour, M. Makihara donnera une série de conférences dont le 15 mars à 11h dans le cadre du séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon. Les conférences auront lieu en japonais avec traduction.

Jeudi 8 mars, de 13h30 à 14h20 – Université de Lille 3
« Caractéristiques générales et diversité des villages japonais de la fin du XVIe siècle », dans le cadre de la journée d’études « Pouvoirs et groupes sociaux durant l’époque prémoderne »

Vendredi 9 mars, de 9h à 11h – EHESS (salle 8) – 105 bd Raspail 75006
« La fabrique des ninja : à propos des généalogies de vassaux du shôgun », dans le cadre du séminaire « Société et pouvoir à l’époque moderne » (F. Cosandey, R. Descimon, E. Haddad)

Mardi 13 mars, de 17h à 19h – EHESS (salle 4) – 105 bd Raspail 75006
« Les quartiers pauvres d’Edo », dans le cadre du séminaire d’Isabelle Backouche, « Les limites de Paris »

Jeudi 15 mars, de 11h à 13h – EHESS (salle 11) – 105 bd Raspail 75006
« Les femmes commerçantes dans les villes de l’époque d’Edo », dans le cadre du séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Statuts et identités dans l’Asie pré-moderne (XVIIe-XIXe siècle)

Nouvelle parution : le numéro 41 de la revue Extrême-Orient, Extrême Occident.

Dans ce numéro, la revue propose le dossier « Statuts et identités dans l’Asie pré-moderne (XVIIe-XIXe siècle) », coordonné par Annick Horiuchi (CRCAO) .

On associe au monde asiatique pré-moderne des sociétés d’ordres figées, où hommes et femmes sont condamnés de par leur statut à des parcours de vie uniformes. Or ces dernier pouvaient se négocier et des identités nouvelles sont apparues.

Il s’agit d’une part de corriger l’idée que cette société fonctionnait selon le système rigide et intangible des quatre statuts (guerrier au Japon/ lettré-fonctionnaire en Chine et en Corée ; paysan ; artisan ; marchand). Sont notamment examinés le statut servile en Chine, celui des chefs aïnous, ces habitants des confins septentrionaux du Japon, ou encore celui des concubines dans les familles guerrières. Le numéro se penche d’autre part sur l’identité de bourgeois au Japon, à travers des textes imprimés de l’époque et des documents du for privé, sur celle du catholique face à la politique d’interdiction, toujours au Japon ou encore  celle des « gens intermédiaires » de Corée, ces fonctionnaires entravés dans leur ascension par leur naissance. En faisant une large place aux voix des roturiers, il s’agit de redessiner les contours d’une société plus complexe et moins immobile qu’on ne l’avait imaginée.

Sommaire

Introduction

Annick Horiuchi « Statuts et identités dans l’Asie pré-moderne (XVIIe-XIXe siècle) »

I. Où l’identité s’affirme

Guillaume Carré  « La gloire d’un marchand : Enomoto Yazaemon, négociant en sel dans le Japon du XVIIe siècle »

Daniel Struve « Identité sociale et identité nationale dans Chōnin bukuro et Hyakushō bukuro de Nishikawa Joken »

II. Où le statut fluctue

Yannick Bardy « Prêtre shintō à l’époque d’Edo: un statut, des réalités »

Claude Chevaleyre « Asservir pour punir : la nature pénale du statut d’esclave dans la Chine des Ming (1368-1644) »

Segawa Yūta « Le couple dans la famille guerrière durant la seconde moitié de l’époque Edo (XVIIIe-XIXe siècle) : La question du mariage et du concubinage »

III. Où l’identité prend corps

Martin Nogueira Ramos « Une identité religieuse dans la tourmente : les catholiques face à la politique de proscription des Tokugawa (XVIIe siècle) »

Kim Daeyeol « Les « gens du milieu » en quête d’une identité dans la société du Chosŏn au XIXe siècle »

Noémi Godefroy « Domination et dépendance : l’évolution du statut des chefs aïnous en Asie orientale (XVIIe-XVIIIesiècle) »

IV. Regard extérieur

François-Joseph Ruggiu « De l’Extrême-Orient à l’Extrême-Occident, et retour. L’étude comparée des sociétés de la France d’Ancien Régime et de l’Asie de l’époque moderne »

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Mibun : penser les statuts sociaux du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècles)

Nouvelle parution : le numéro 2 (2017) de la revue Histoire, Economie & Société. Dans ce numéro, la revue propose le dossier « Mibun : penser les statuts sociaux du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècles)« , préparé par Guillaume Carré (CRJ-EHESS).

La revue Histoire, Economie & Société est accessible sur le site des éditions Armand Colin et sur le portail Cairn : https://www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe.htm

La société du Japon prémoderne (16e-19e siècles) passe pour extrêmement hiérarchisée. Durant cette période, le Japon adopta le confucianisme comme référence intellectuelle et idéologique, à l’instar de la Chine et de la Corée, mais son organisation sociale et politique demeurait très différente de celle de ces pays. L’édifice socio-politique dominé par les samouraïs demeurait très marqué par son héritage féodal, et corseté en apparence par une répartition rigide de la population entre des statuts distincts. Depuis les années 1950, l’historiographie japonaise a multiplié les travaux sur la naissance de cette société à la suite de la réunification et de la pacification du pays après les guerres civiles du 16e siècle. Alors qu’on a longtemps tenu le système des statuts sociaux comme une construction visant à fonder l’exploitation de la société par le régime guerrier, les historiens japonais, depuis une trentaine d’années, ont eu tendance à relativiser ces aspects oppressifs, pour redonner une place active aux groupes sociaux et aux communautés dans l’élaboration de ces identités collectives. En mettant à disposition du public francophone, des traductions d’articles de chercheurs japonais, basés sur leurs travaux les plus récents, ce dossier d’ Histoire, Economie & Société propose un aperçu de la richesse de l’historiographie et de ses débats sur ces questions, dans les domaines de l’histoire rurale ou urbaine, ainsi que sur la genèse de la condition des samouraïs à l’époque d’Edo. 
La composition du dossier est la suivante :
Guillaume Carré.Introduction. Penser les statuts sociaux du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècles).
 
Morishita Tôru.Le Japon prémoderne : une société de statuts. Réflexions sur quatre décennies de débats.
 
Gotô Masatoshi.« Ceux des plages » et « Ceux des collines » : les « paysans » des villages littoraux dans le Japon prémoderne.
 
Makihara Shigeyuki.Naissance des guerriers des temps prémodernes : la séparation des guerriers et des paysans à Ômi.
 
Yoshida Nobuyuki et Tsukada Takashi. Réflexions sur le statut de bourgeois à Edo et Ôsaka au XVIIe siècle.

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Journée d’études : Statuts et identités dans les sociétés prémodernes en Asie (XVIIe-XIXe siècles)

La journée d’études intitulée « Statuts et identités dans les sociétés prémodernes en Asie (XVIIe-XIXe siècles) » se tiendra le 7 novembre à Paris Diderot. On entendra 6 communications sur le Japon et 2 communications en lien avec la Corée. Entrée libre.

Programme

9h30 : Annick Horiuchi (Université Paris Diderot)
Présentation de la journée

Président : Yannick Bruneton (Université Paris Diderot)

9h45-10h30 : Guillaume Carré (EHESS)
Quelques réflexions sur les identités citadines à l’époque des Tokugawa

10h30-11h15 : Daeyeol Kim (INALCO)
Les « gens intermédiaires » (chungin 中人) en quête d’une identité dans la société du Chosŏn 朝鮮 du XVIIIe au XIXe siècle

***

11h30-12h15 : Noémi Godefroy (INALCO)
Domination et dépendance : l’évolution du statut des chefs aïnous à Ezo

12h15-13h00 : Yûta Segawa (Université Paris Diderot)
Le statut du « bâtard » et de la concubine dans la famille guerrière de l’époque Edo (XVIIe-XIXe siècles)

***

Président : Matthias Hayek (Université Paris Diderot)

14h30-15h15 : Daniel Struve (Université Paris Diderot)
L’image des paysans dans le Hyakushô bukuro de Nishikawa Joken

15h15- 16h00 : Yannick Bardy (INALCO)
Prêtre shintô à l’époque d’Edo : un statut, des réalités

***

16h15-17h15 : Martin Nogueira Ramos (Collège de France)
Appartenance religieuse et conscience nationale au début de l’époque d’Edo : analyse des documents rela­tifs à la révolte de Shimabara-Amakusa (1637-1638)

17h15-18h00 : Pierre-Emmanuel Roux (Université Paris Diderot)
La révolte de Shimabara-Amakusa et l’identité catho­lique japonaise : regards coréens (XVIIe-XIXe siècles)

Samedi 7 novembre 2015
Université Paris Diderot 
Salle 479C (Bât. Grands Moulins)
5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website